Coopérative

Basée à Vinay, au cœur des Alpes françaises, la coopérative (avec sa filiale C.T. Noix) regroupe plus de 500 producteurs de noix françaises (450 adhérents et une centaine de producteurs indépendants) et exporte noix sèches, noix fraîches et cerneaux de noix dans le monde entier.

Forte de plus de 80 ans de savoir-faire dans la production de noix et d’une démarche qualité très rigoureuse, la coopérative fournit un appui important aux nuciculteurs et les accompagne dans la mise en place d’une production de noix d’excellente qualité basée sur une culture raisonnée.

Savoir-faire

IMG_1330

Certification & qualité

IMG_1712

Producteurs

photo1

Fiche d'identité

NOIX DANS FEUILLE

Historique

 La naissance de la coopérative

La noix de Grenoble est déjà très connue en France et à l’étranger dès le début du 20ème siècle.

Dans les années 1930, la France produit le plus fort tonnage de noix au monde mais ce sont pour la grande majorité des noix communes et seules les noix de Grenoble et du Périgord donnent lieu à un commerce important. Plus réputées, les noix de Grenoble (Mayette, Franquette et Parisienne) fruit d’une longue sélection, se vendent plus cher que les autres. Le tort causé aux agriculteurs pousse le Parlement à plancher sur une loi “Marque Nationale” qui donnerait aux acheteurs une garantie d’authenticité et de qualité. Afin de conserver la réputation de la noix de Grenoble, les cultivateurs du Bas Grésivaudan ont quant à eux, et dès 1908, fondé dans de nombreux villages des Syndicats de vente de leurs récoltes. Ces syndicats se fédèrent en 1927.

En 1921, A.-L. Causse, grand importateur de noix et représentant des Syndicats de l’Isère aux Etats-Unis, avait fait construire à Tullins une usine de préparation des noix, sur le modèle des usines des Syndicats de producteurs de Californie. En 1929, il cède son usine à la Fédération des Producteurs de Noix. Celle-ci fonde alors la Coopérative de la Fédération des Syndicats de Producteurs de Noix de Grenoble. L’aïeule de COOPENOIX est née !

D’une superficie de 1 800 mètres carrés, la station comporte une machine à vapeur, des laveurs mécaniques, un calibreur pouvant passer 500 sacs par jour, un séchoir mécanique à air chaud et des tapis roulants. Les noix subissent un traitement approuvé par le Comité officiel de l’hygiène du Ministère de l’Agriculture pour nettoyer et blanchir la coquille. Déjà à cette époque, la coopérative, en collaboration avec la Direction des Services Agricoles, entreprend des essais de traitement des arbres et vulgarise les bonnes méthodes de culture. Cette tradition s’est perpétuée jusqu’à nos jours où les producteurs adhérents de COOPENOIX sont toujours très sensibilisés à ces pratiques.

Dans les années qui suivent la création de la première Coopérative de la Fédération des Producteurs de Noix, les cultivateurs sont désormais de plus en plus nombreux à la rejoindre. Leurs résultats sont tels, que les cultivateurs de Corrèze leur demandent conseil pour fonder eux aussi une coopérative.

 L’appellation d’origine contrôlée

En 1936, la Coopérative de la Fédération des Producteurs de Noix de Grenoble décide de s’entendre avec le groupement des négociants de la Région afin d’obtenir des pouvoirs publics l’appellation d’origine et la délimitation du territoire produisant la Noix de Grenoble. Le 17 juin 1938, un décret-loi délimite la zone de la noix de Grenoble (le long de la vallée de l’Isère, à cheval sur trois départements : Isère, Drôme et Savoie) pour les trois variétés issues de ce terroir : la Franquette, la Mayette et la Parisienne.

Le 11 septembre 1938, quelques mois après l’obtention de l’Appellation d’Origine Contrôlée, la Coopérative de la Fédération devient la Coopérative des Producteurs de Noix.

Le nombre d’adhérents atteint son paroxysme dans les années 50 avec quelque 600 producteurs. Un chiffre qui diminuera par la suite du fait du regroupement des exploitations agricoles (1 700 producteurs de noix sur l’ensemble de la zone en 1936 contre 1 200 aujourd’hui) pour se stabiliser aux alentours de 450 adhérents.

 L’installation sur Vinay

En 1977, en pleine récolte, l’usine de Tullins brûle entièrement et avec elle 200 tonnes de noix. L’incendie durera une semaine.
En 1978, une nouvelle usine est construite à Vinay. Elle sera agrandie en 1992. Au fil des années, afin de répondre à la demande, les outils évoluent et notamment ceux qui concernent l’ensachage. Cette étape passe d’un travail manuel à la mécanisation. Avec les nouveaux modes de consommation et la multiplication des enseignes de distribution, les conditionnements changent de taille. Des sacs de 100 kg, on passe progressivement à des sachets de 500 g à 1 kg. Si la station de Vinay est aujourd’hui un outil de production performant et réactif (2 000 tonnes de noix expédiées chaque année pour le seul mois d’octobre), de récentes études de vergers et la simulation de prévisions de récoltes mettent en évidence la nécessité d’améliorer encore la productivité de façon à offrir aux clients une réactivité encore plus importante en début de saison.

Un plan pluriannuel de modernisation de l’usine prévoit l’augmentation des capacités journalières de conditionnement et des capacités de stockage en chambres froides. De nouvelles technologies de triage/calibrage et des solutions de robotisation des sorties de chaîne de conditionnement sont également à l’étude.

 Ces dernières années

Depuis les années 95, les volumes de noix apportés par les adhérents ont régulièrement progressés et augmentés, on est passé de 2500T à 6000T ou 7000T dans les meilleures années.

Cette progression s’explique par les nombreuses plantations qui sont arrivées en production. Il s’agit de plantations de remplacement suite aux accidents climatiques, vents violents de novembre 1982 et gel de janvier 1985 ainsi que de plantations nouvelles qui se sont substituées aux plantations céréalières et à la production de lait (disparition des pâturages).

En complément la coopérative a été amenée à réaliser quelques opérations de croissance externe avec le rachat en 2004 de CT Noix (activité de noix en coque) et le rachat du fonds de commerce des établissements Blain (activité cerneaux).

Une nouvelle extension de la station a été réalisée en 2009 et une modernisation de l’outil de conditionnement a vu le jour sur ses 4 dernières années

En complément Coopenoix travail avec différents partenaires dans le cadre d’une collaboration commerciale.